Une jeune femme mise dans le coma suite á une grave maladie pulmonaire, les médecins soupçonnent le « vaping »

Les ciga rettes électroniques existent depuis 2003 et de nombreux fum eurs se sont tournés vers elles parce qu’on croyait que c’était une meilleure alternative à la ciga rette ordinaire.

Ces alternatives électroniques ne contiennent pas de goudron comme les ciga rettes, et les entreprises prétendent qu’elles sont sures. Néanmoins, cette affirmation n’en reste pas moins sujette à débat.

En clair, le nombre croissant d’enfants qui utilisent des e-ciga rettes est devenu un problème de santé publique.

Aujourd’hui, une jeune fille de 18 ans, qui utilise la ciga rette électronique tous les jours depuis trois ans, se bat pour sa vie après s’être sentie malade plus tôt cette année et s’être plainte de douleurs intenses au dos et aux reins.

Au cours des derniers mois, plusieurs rapports alarmants ont fait état de jeunes gens sou ffrant de lésions pulmonaires catastrophiques liées au vaping.

Selon les Centres for Disease Control and Prevention, près de 200 personnes aux États-Unis ont contracté des maladies respiratoires graves après l’utilisation de ciga rettes électroniques.

Maddie Nelson, 18 ans, de l’Utah, États-Unis, est la dernière victime.

L’adolescente a récemment été transportée d’urgence à l’hôpital après avoir eu du mal à respirer.

Les médecins ont essayé de lui donner de l’oxygène, mais ça n’a pas marché. Alors qu’elle luttait pour sa vie, une radiographie a montré de graves dommages à ses poumons. Les médecins n’ont eu d’autre choix que de la mettre dans un coma artificiel.

« La situation est passée d’une situation grave à potentiellement m*rtelle « , a dit la sœur de Maddie, Andrea, à Metro.

Le 1er aout, Maddie a officiellement reçu son diagnostic après deux bronchoscopies, selon sa sœur.

Les résultats des tests ont montré que la jeune fille de 18 ans avait sou ffert d’une pneumonie éosinophile aigüe – une maladie rare causée par une accumulation de globules blancs dans les poumons en réponse à une inflammation.