Affaire Vincent Lambert: L’ONU a donné sa réponse après la demande d’aide de sa mère

Après que Vincent Sanchez ait ordonné l’arrêt des traitements, la mère de Vincent Lambert a demandé de l’aide à l’Organisation des Nations Unies. Selon elle, ils veulent “assas siner” son fils.

Dans l’affaire Vincent Lambert, le 20 mai dernier, la Cour d’appel avait demandé la reprise de ses traitements. Récemment, le vendredi 28 juin 2019, la Cour de cassation s’est prononcée et a ouvert la voie pour un nouvel arrêt des soins.

Au sein de la famille Lambert, les opinions sont diverses. Le 1er juillet 2019, Viviane, la mère de l’homme tétraplégique de 42 ans, a demandé de l’aide chez l’ONU.

La mère de famille âgée de 74 ans, a déclaré à l’Organisation des Nations Unies qu’on voulait “assas siner” son fils malgré le feu vert donné par la plus grande juridiction française.

À Genève, lors de la 41e session du Conseil des droits de l’homme, la mère de Vincent Lambert s’est exprimée face à l’acte que les médecins s’apprêtaient à faire.

“Je crie tout haut que Vincent, on veut l’assas siner. C’est le vrai mot.”

a t-elle soulignée, avant d’ajouter :

“Vincent n’est pas en fin de vie, Vincent n’est pas un légume. Au-delà de mon fils, c’est la vie des 1700 autres personnes qui partagent son état qui est menacée. Je vous en prie, aidez-nous !”

UNE CONTROVERSE FAMILIALE